Accueil > Actualités > Compostage à la ferme

Compostage à la ferme

Compostage :

4 tas suivis au cours de l’année 2015 dans 4 exploitations différentes. 3 paramètres incontournables pour une bonne évolution de votre compost :
-  Humidité : il faut au moins 40% d’humidité pour que le processus de compostage se mette en route
-  Aération : indispensable pour assurer le bon fonctionnement des microorganismes. Réglementairement il faut justifier 2 retournements !
-  Température : la montée en température est un signe que le processus est enclenché.

Le retournement : Pour cet essai les collectivités ont fait appel au retourneur d’andain de la CUMA Terre Avenir 26 qui dispose d’un outil performant. Pour en bénéficier il vous suffit de devenir adhérent à la CUMA (Contactez le président de la CUMA Bernard BRET 06 18 92 34 92 ou Pépinières ROUX-Domaine des Béalets-26120 Montvendre). Le coût moyen de la prestation est d’environ 1€ par tonne de fumier à composter (sans prendre en compte l’adhésion à la CUMA qui est proportionnelle à votre volume de fumier, parts sociales de 1€ pour une tonne de fumier). Attention la CUMA fait appel à un entrepreneur pour l’utilisation du matériel. Ainsi vous devez respecter les tournées qui sont déclenchées dès qu’un nombre suffisant d’agriculteurs en a fait la demande ! Un "petit guide du compostage à la ferme" a été rédigé en partenariat avec la Chambre d’agriculture de la Drôme. Il est disponible sur le site internet de la Communauté de Communes du Pays de l’Herbasse ou en version papier sur demande. Il aborde les différents aspects techniques et réglementaires de la méthode et vous propose quelques conseils pratiques.

Les avantages du compostage : réduction du temps d’épandage, meilleure répartition du produit au sol, dégradation plus rapide dans le sol, réglementation moins contraignante,… Mais attention si vous laisser votre compost évoluer trop long temps le produits n’aura qu’un très faible effet fertilisant.

Préconisation de la méthode Hérody :
-  Préférer un compost jeune, c’est-à-dire moins de 10 semaines de monté en température. Pour cela il faut planifier les chantiers de retournement en fonction des moments où vous souhaitez réaliser les épandages.
-  Ne pas enfouir la matière organique pour assurer une bonne dégradation (éviter d’épandre du compost ou du fumier avant un labour classique). Un travail superficiel est envisageable après épandage.
-  Afin de réduire le lessivage des éléments fertilisants il est conseillé de bâcher votre tas de fumier pendant son stockage mais aussi pendant l’évolution du compost. Les pertes d’éléments fertilisants après une seule pluie de 30 mm ont été mesurées et correspondent à 25% de l’azote, 15% du phosphore, 35% du potassium, 20% des bases CA et Mg et 40% des sucres ! Ce phénomène s’accentue au cours des épisodes pluvieux suivants ! Pour les fumiers secs utilisez de préférence une bâche d’ensilage afin de maintenir un niveau d’humidité suffisant tandis que pour les fumiers humide préférez un bidim qui laissera sortir une partie de la vapeur d’eau.
-  Les apports organiques doivent être épandus au moins un mois avant les besoins de la culture afin que l’activité biologique du sol puisse rendre les éléments disponibles pour la plante.

Co-compostage : 2 tas suivis au cours de l’année 2015. 100 Tonnes de végétaux issues de la déchetterie de St Donat ont été stockées puis broyées et livrées chez deux agriculteurs. Le stockage s’est fait entre le 16 février et le 20 mars 2015. A cette période les apports des particuliers sont très ligneux et secs avec une proportion conséquente de résineux. Le broyage a été réalisé par une entreprise locale disposant d’un broyeur mobile. Il s’est avéré que le broyat était trop grossier pour assurer une dégradation complète du produit. La livraison en camion polybenne permet d’acheminer environ 10 T de végétaux broyés par voyage.

-  Mélange de 50 tonnes de végétaux et 50 tonnes de fumier de veaux : ce mélange est trop sec pour évoluer convenablement et assurer la bonne évolution du compost. L’agriculteur a apporté 18m3 de purin afin de lancer le compostage. Peut-être qu’un second apport aurez été bénéfique ?

-  Mélange de 50 tonnes de végétaux et de 50 tonnes de fumier de porcs : le fumier de porc beaucoup plus humide n’a pas nécessité d’apport d’eau supplémentaire. Par contre, l’évolution du tas n’a pas permis après 9 mois de dégrader les gros morceaux ! Un criblage sera réalisé avant épandage.

Remarques : il semble judicieux de faire cribler le broyat de végétaux avant livraison chez les agriculteurs pour avoir un produit homogène sans éléments grossiers. Aussi une première évolution des végétaux avec un apport d’eau pourrait être intéressante avant d’incorporer le fumier.

Agenda
des évenements

« mai 2016 »
L M M J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
 
Gallerie photos

Contactez-nous

COMMUNAUTE DE COMMUNES PAYS DE L’HERBASSE
Site du Lac de Champos
BP n°2 – 26260 ST DONAT
Tél. 04 75 45 14 54
Fax. 04.75.45.03.63
[email protected]

A compter du 7 septembre 2015,ouverture au public :

Lundi, mardi, mercredi, jeudi, de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30. Vendredi de 8h30 à 12h et 13h30 à 17h

Plan d’accés

Mentions légales - Réalisation & Hébergement Fingerprint Technologies